Appel à candidature pour une thèse sur les espaces verts urbains

 

Titre de la thèse : Espaces verts et morphologie urbaine : quelles relations et quels bénéfices pour les populations ?

 

La thèse, financée par la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon (CAGB) et proposée par le laboratoire ThéMA, porte sur les espaces verts urbains et interroge leurs relations avec la morphologie urbaine actuelle et future, en lien avec les services écosystémiques culturels qu’ils procurent. Pour répondre à la problématique, trois axes de recherche seront successivement explorés :

  1. Etude des liens entre morphologie urbaine et inégalités d’accès visuel et fonctionnel aux espaces verts
  2. Analyse des usages et perceptions des espaces verts, en lien avec la diversité des contextes spatiaux identifiés dans le premier axe
  3. Exploration conjointe de la planification du développement résidentiel et de la planification des espaces verts, dans un contexte d’injonction contradictoire à la densification et au renforcement des politiques en faveur du vert en ville.

Illustration sujet EV 

Sur le plan méthodologique, le travail reposera sur l’usage de méthodes mixtes telles que l’analyse et la modélisation spatiale, la statistique, les enquêtes et entretiens, l’analyse de discours ou encore les méthodes d’observation. Le cas d’application principal sera l’agglomération de Besançon mais certains axes de recherche seront également conduits sur les agglomérations de Dijon et Lyon afin de permettre une approche comparative et d’autoriser une monter en généralisation des résultats.

La thèse sera codirigée par Hélène Houot et Jean-Christophe Foltête (UMR ThéMA, Université de Franche-Comté). Elle s’articule à un projet de recherche financé par la Région Bourgogne Franche-Comté en soutien à l’I-Site BFC (Projet PubPrivLands) et bénéficiera ainsi de l’appui scientifique des participants à ce projet (notamment des géographes de ThéMA spécialisés en modélisation et analyse spatiale ou en méthodes d’entretien, d’observation et d’analyse de discours).

 

Compétences attendues et candidature : Le ou la candidat(e) doit être titulaire d’un master en géographie et avoir des compétences et/ou être intéressé(e) par les approches méthodologiques mixtes (couplage modélisation et analyse spatiale avec des enquêtes/entretiens et des observations de terrain). Il peut s’agir :

  • D’un/une candidate ayant des compétences en analyse et modélisation spatiales, pour le(la)quel(le) une ouverture vers les méthodes qualitatives sera nécessaire.
  • D’un/une candidate familier(ère) des approches qualitatives, qui devra disposer ou acquérir des compétences en analyse et modélisation spatiale.

 

Les candidatures doivent être adressées jusqu’au 21 juin 2019 par mail (CV et lettre de motivation) à Hélène Houot et Jean-Christophe Foltête : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Un entretien avec les candidats sélectionnés après examen des lettres de motivation et du CV aura lieu durant la semaine du 1er au 5 juillet.

 

Descriptif détaillé et bibliographie indicative : pdf 

 

 

Mis à jour : mercredi 22 mai 2019 09:53

Olivier Bonin, chercheur IFSTTAR au LVMT (Laboratoire Ville-Mobilité-Transport, Champs-sur-Marne), soutiendra son Habilitation à Diriger des Recherches intitulée « Donner du sens à l’espace dans les modèles » à ThéMA.

 

Cette soutenance aura lieu le 27 mai 2019 au Grand Salon à 14h (UFR SLHS, 18 rue Chifflet, Besançon).

 

Olivier Bonin

 

La géographie, pour étudier les formes de la Terre et de son peuplement, fait appel depuis l’antiquité à la cartographie, modélisation analogique du monde particulièrement adaptée à la description des formes, des arrangements spatiaux et des relations spatiales, soit des informations de nature qualitative, dont le sens émerge lors de la lecture des cartes. Le tournant théorique et quantitatif de la géographie a vu se développer de nombreuses approches formelles et numériques de modélisation qui, paradoxalement, intègrent plus difficilement la question du sens dont est investi l’espace lors des activités humaines. Je propose dans ce travail un cadre formel de modélisation visant à expliciter le sens et les valeurs spatiales, en revenant, par une approche phénoménologique, aux différentes formes de perception des individus et des communautés humaines, pour dégager des principes généraux qui sont ensuite mathématisés par des techniques du courant des sciences de la complexité. Trois modèles en lien avec la morphogenèse urbaine illustrent différentes facettes de ce cadre général modélisation visant à donner du sens à l’espace.

 

 

Composition du jury :

Alessandro Sarti, Directeur de Recherche CNRS à l’EHESS et associé au Collège de France (Rapporteur externe)

Gabriel Dupuy, Professeur des Universités émérite à Paris 1 (Rapporteur externe)

Jean-Philippe Antoni, Professeur des universités - Université de Bourgogne – Laboratoire TheMA (Rapporteur interne)

Geoffrey Caruso, Professeur des Universités - Université du Luxembourg - Maison des Sciences Humaines (Examinateur)

Cyrille Bertelle, Professeur des Universités - LITIS - UFR Sciences et Technologie – Université Le Havre (Examinateur)

Pierre Frankhauser, Professeur de Universités émérite - UFC-ThéMA (Garant)

 

Page personnelle : http://www.lvmt.fr/equipe/olivier-bonin/

 

Mis à jour : jeudi 9 mai 2019 08:55

Appel à candidature pour une thèse à l’interface entre géographie et écologie

 

Sujet de la thèse : Evaluer la capacité des formes urbaines au maintien de la biodiversité : approche par la simulation

 

Contexte et objectif 

La thèse se place dans le cadre du projet REFUGE (appel CNRS 80|PRIME) qui concerne la biodiversité au sein des agglomérations urbaines. Elle vise à comparer différentes formes de croissance urbaine selon leur capacité à maintenir des populations animales à long terme. L’hypothèse principale est que sous certaines conditions, la forme de ville fractale a des propriétés avantageuses sur le plan écologique, et que plus globalement, les formes urbaines se différencient selon leur capacité à offrir un cadre viable aux populations animales.
Du point de vue méthodologique, il s’agira de comparer des scénarios différenciés de développement urbain, de façon prospective, et d’évaluer pour chacun l’évolution de la diversité et la structure génétique de plusieurs groupes d’espèces. Cette démarche reposera sur un couplage entre un modèle de simulation de la croissance urbaine dont le paramétrage permettra de produire différentes formes, et un modèle de simulation de flux génétiques mis en oeuvre de façon dynamique, en fonction de l’évolution des usages du sol définie dans le premier modèle. Les cas étudiés seront d’une part des villes théoriques, d’autre part l’agglomération de Lyon.

 illustration ville fractale

 

La thèse sera codirigée par Jean-Christophe Foltête (UMR ThéMA, université de Franche-Comté) et Stéphane Garnier (UMR Biogéosciences, université de Bourgogne). Elle bénéficiera de l’appui scientifique des participants au projet REFUGE : en modélisation spatiale, géomatique et développement informatique à ThéMA et en écologie, génétique des populations et génétique du paysage à Biogéosciences.

 

Date limite de dépôt de candidature : 7 juin 2019

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les candidatures (CV et lettre de motivation) sont à adresser sur le Portail Emploi du CNRS : http://bit.ly/2Jz58KK

 

Descriptif détaillé et bibliographie indicative : pdf 

 

 

Mis à jour : mercredi 22 mai 2019 08:34
Joomla Extensions