Landscape and ecological networks Projets FR

Observatoire OPTEER (www.opteer.org)

Responsable scientifique : Marie-Hélène De Sède-Marceau.

Objectif : Analyse des systèmes énergétiques à l’échelle loco-régionale et développement d’un système d’Information sur les énergies.

Porteur de l’outil depuis 2010 : ATMO Franche-Comté.

 

L’observatoire OPTEER (Observation, Prospective Territoriale Energétique à l’Echelle Régionale) est issu des recherches menées depuis une quinzaine d’années dans le domaine des systèmes d’information territoriaux. Ces recherches consistent à développer et déployer des architectures de données spatio-temporelles pour modéliser le fonctionnement du territoire. Elles aboutissent aujourd’hui à la mise en production d’observatoires territoriaux opérationnels, à partir de travaux conceptuels et méthodologiques.

Cet observatoire est devenu aujourd’hui un outil de référence en termes d’observation et de prospective territoriale énergétique et environnementale pour la Région Franche-Comté.

Porté par ATMO Franche-Comté depuis sa mise en production en 2010 et exploité aujourd’hui par plus de 150 partenaires au niveau régional (collectivités territoriales, associations, services de l’État, chambres consulaires, transporteurs ou fournisseurs d’énergie), il est exploité par les collectivités en charge de la mise en œuvre de PCET (Plans Climat Energie Territoriaux). OPTEER est également l’outil de suivi des orientations du SRCAE (Schéma Régional Climat Air Energie). Par sa contribution au programme ClimactRegions en 2011, OPTEER fait également partie des dispositifs d’observation fondateurs du réseau européen ENERGee-Watch. Les travaux menés dans le cadre de ce réseau portent notamment sur la définition d’indicateurs communs entre tous les observatoires régionaux européens membres d’ENERGee-Watch.

opter IT

Last Updated: Friday, 25 March 2016 14:32

« Rêve d’Avenir » (http://www.3x20.org)

Responsable scientifique : Marie-Hélène De Sède-Marceau.

Objectif : Développement d’un outil participatif de collecte et d’analyse des économies d’énergies, d’émission de GES et de production d’ER.

Financé par les fonds européens INTERREG IV et porté par l’association Energie-Cités pour la France et Suisse Energie pour la Suisse.


L’objectif stratégique du projet REVE d’Avenir est de développer des territoires-laboratoires relevant le défi énergétique et climatique.

reve1 ITIl s’inscrit dans le contexte européen de la Convention des Maires, initiative lancée par la Commission européenne en 2008 qui réunit les collectivités souhaitant dépasser les objectifs des 3x20 d’ici 2020 en élaborant une stratégie territoriale énergie-climat qui associe et mobilise les acteurs de ces territoires (3x20 : les trois objectifs communs européens pour relever les défis énergétiques et climatiques d’ici à 2020 sont la réduction de plus de 20 % des émissions de CO2, la réduction de 20% des consommations d’énergie primaire et l'augmentation de 20% de la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique européen).

REVE d’Avenir propose d’apporter aux 27 collectivités françaises et suisses associées au projet innovation, méthodologie, et échanges de savoir-faire afin de les soutenir dans le défi qu’elles se sont fixées en signant la Convention des Maires.

REVE d'Avenir est programmé sur trois années (début 2010 à fin 2012) et propose de travailler dans plusieurs dimensions complémentaires.

L’ouverture au champ de l’innovation

Pour atteindre les objectifs de réduction des 3x20, les collectivités s’engagent à motiver et mobiliser les acteurs de leurs territoires (administration, acteurs publics, entreprises, citoyens, etc.) à agir pour le climat. Pour cela, une équipe de chercheurs et de professionnels de terrain va créer et concevoir un outil dont l’objectif est de visualiser, quantifier, spatialiser et mutualiser les économies d’énergie réalisées et le CO2 évités à l’échelle d’un territoire. Chaque collectivité du projet mettra en place cette centrale sur son propre territoire et créera une émulation autour d’elle à l’aide d’une « boîte à outils » de communication et de mobilisation qui sera mise à disposition de l’ensemble des collectivités participant au projet ; à charge pour elles de les mettre en œuvre et de les adapter au contexte local.

L’appui à la méthode et la réalisation

Afin de partager les savoir-faire entre les métiers et les acteurs, quatre pôles d’intérêts ont été organisés permettant à des petits groupes de collectivités d’approfondir un thème :

1. Plus de climat dans le label European Energy Award (piloté par SuisseEnergie pour les communes et l’ADEME)

2. Charte qualité des acteurs climat (piloté par le Grand Lyon)

3. Planification énergétique territoriale (piloté par l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne-EPFL)

4. Adaptation des stations de montagne au changement climatique (piloté par l’ADEME Rhône-Alpes)

Le renforcement des liens au plan européen

reve IT bis

 

Les partenaires du projet ont été invités à participer, sur une base volontaire, à plusieurs rencontres et échanges d’expériences pour renforcer les liens avec le niveau européen, comme les rencontres de la Convention des Maires, les rendez-vous annuels d’Energie-Cités ou de SuisseEnergie pour les communes.

Last Updated: Wednesday, 21 September 2016 12:56

Projets - GRAPHAB 1

Graphes paysagers et évaluation de l'impact de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône sur la connectivité spatiale des habitats : conséquences sur les distributions d'espèces (2009-2011)

logo graphab-CS3

 

 

Responsable : Jean-Christophe Foltête

Partenaires : Chrono-Environnement - UMR 6249 ; DREAL Franche-Comté ; RFF ; LPO ; CPEPESC

Financement : Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (MEDDE)– Programme ITTECOP

Résumé :

L'objectif du projet Graphab est de proposer et tester un ensemble de méthodes permettant d'estimer l'impact des grandes infrastructures de transport sur la distribution des espèces. Cette démarche part du constat que les études d'impact classiques sont limitées à une zone proche du tracé des infrastructures alors qu'un effet de barrière peut se produire à plus longue portée, si les espèces sont fortement dépendantes de leur réseau écologique. L'approche choisie pour modéliser les réseaux écologiques est celle des graphes paysagers, qui ont été couplés à des modèles de distribution d'espèces. En comparant les résultats de modèles de distribution de façon diachronique, avant et après la mise en place d'une l'infrastructure, il est possible de cartographier son impact et d'estimer sa distance de perturbation. L'ensemble des méthodes mises en place a donné lieu à la création d'un outil logiciel : Graphab. Cet outil facilite l'exploration des graphes paysagers et propose une passerelle originale avec les modèles de distribution.

 

Principales publications :

Foltête J.C., Clauzel C., Vuidel G., Tournant P., 2012. Integrating graph-based connectivity metrics into species distribution models Landscape Ecology, 27:1-13.

Foltête J.C., Clauzel C., Vuidel G., 2012. A software tool dedicated to the modelling of landscape networks Environmental Modelling & Software, 38:316-327.

Girardet X., Foltête J.C., Clauzel C., 2013. Designing a graph-based approach in landscape ecological assessment of linear infrastructures Environmental Impact Assessment Review 42:10-17.

Clauzel C., Girardet X., Foltête J.C., 2013. Impact assessment of a high-speed railway line on species distribution: Application to the European tree frog (Hyla arborea) in Franche-Comté Journal of Environmental Management 127:125-134.

Tournant P., Afonso E., Roué S., Giraudoux P., Foltête J.C., 2013. Evaluating the effect of habitat connectivity on the distribution of lesser horseshoe bat maternity roosts using landscape graphs Biological Conservation 164:39-49.

 2012 GDR MAGISé

 

Last Updated: Wednesday, 19 November 2014 16:46

Projets ANR Jeune Chercheur PRISM

Responsable : Florian Tolle

Financement : Agence Nationale de la Recherche. 2013-2016

Partenariat : Institut Polaire - IPEV

 

ANR PRISM

Permafrost Rock Ice and Snow Monitoring of slopes using terrestrial laser scanning in the Austre Loven glacier basin (Svalbard).

Quantification des dynamiques de versants dans le bassin glaciaire du Loven Est (Spitsberg) : approche spatiale par scanner laser terrestre.

 

Le projet PRISM a pour objectif principal l'étude des versants en milieu polaire. Plus précisément, il s'agit de décrire, de comprendre et de modéliser les aspects spatiaux des dynamiques de pentes dans les bassins glaciaires. Ces dynamiques spatiales jouent un rôle important dans le fonctionnement physique et hydrologique des glaciers polaires. La morphologie des versants varie selon la fonte du pergélisol, l'épaisseur de la couverture neigeuse, et les contraintes glaciaires. La combinaison de ces facteurs est génératrice de
processus qui sont encore mal connus. La quantification des processus à l'oeuvre nécessite l'acquisition de données précises à des résolutions spatiales et temporelles fines. Les techniques de scanner laser terrestre (Terrestrial Laser Scanner ou TLS) peuvent permettre une appréhension fine des dynamiques observables. Ces données, couplées à des relevés hydrologiques mettront en lumière le rôle joué par les versants dans les hydrosystèmes polaires.

Studying slopes in polar environments is the main focus of the PRISM project. This project specifically aims at understanding, monitoring, and modeling the spatial dimension of slope dynamics in glacier basins. These dynamics do have a key role in the physical and hydrological behavior of polar glaciers. Slopes are impacted by permafrost melting, snow cover and glacier constraints. The combination of these factors leads to processes that are far from well documented. To quantify precisely the processes occurring in slopes requires data both spatially and temporally precise enough. Terrestrial Laser Scanning (TLS) techniques do seem to allow for fine grain observations at adapted time steps. Together with hydrological monitoring, these data will show the influence of slopes on polar hydrosystems.

 

 

Dans un contexte global de changement climatique, les régions de haute latitude sont un observatoire privilégié et reconnu des dynamiques actuelles. Le projet PRISM a pour objectif principal l'étude des versants en milieu polaire. Plus précisément, il s'agit de décrire, de comprendre et de modéliser les aspects spatiaux des dynamiques de pentes dans les bassins glaciaires. Ces dynamiques spatiales jouent un rôle important dans le fonctionnement physique et hydrologique des glaciers polaires. Les versants varient selon la fonte du permafrost, l'épaisseur de la couverture neigeuse, et les contraintes glaciaires. La combinaison de ces facteurs est génératrice de processus qui sont encore mal connus. L'objet même de l'étude proposée dans ce projet n'est pas d'une instrumentation aisée. La quantification des processus à l'oeuvre nécessite l'acquisition de données précises à des résolutions spatiales et temporelles fines. Les difficultés liées à l'accès aux versants ne rendent pas un travail de terrain direct possible. La télédétection, pour des raisons évidentes liées à la pente des versants, trouve ici ses limites. Seules les techniques de scanner laser terrestre (Terrestrial Laser Scanner ou TLS) peuvent permettre une appréhension fine des dynamiques observables.

Le site d'expérimentation prévu dans le cadre du projet PRISM est le bassin du glacier Loven Est situé au Spitsberg (79°N). Ce glacier est étudié par des chercheurs français et étrangers depuis les années 60. Les données actuellement disponibles pourront être croisées avec les résultats obtenus dans le cadre du présent projet, et offriront de précieux éléments contextuels permettant de modéliser le comportement des versants au cours du temps et d'extrapoler les résultats acquis localement à la totalité des versants du bassin glaciaire.

Trois volets de recherche sont envisagés. Les dynamiques neigeuses sont abordées à travers l'estimation du volume neigeux présent sur les versants. La modélisation fine des versants au maximum et au minimum neigeux annuel permettra de déduire les volumes de neige accumulée. Des mesures intermédiaires pourront en outre permettre de comprendre l'évolution temporelle du manteau neigeux (avalanches, fonte). Ces mesures seront complétées, autant que possible, par des mesures manuelles de hauteurs et d'équivalent en eau de la neige, par des profils de densité ainsi que par des relevés automatiques de températures.

Les dynamiques rocheuses, tout comme la neige, seront essentiellement abordées grâce au scanner laser terrestre. Cet outil permet une résolution suffisamment fine pour pouvoir quantifier les éboulements, les glissements de terrain ou la reptation des versants. Ces processus sont liés au contexte microclimatique, le permafrost étant affecté à la fois par les températures de surface et par les précipitations, notamment pluvieuses, et aux caractéristiques physiques des versants (pente, orientation, nature et fracturation des roches). L'approche spatiale des dynamiques rocheuses sera couplée aux mesures de température faites dans les versants. Tous ces paramètres jouent un rôle à l'échelle du bassin glaciaire puisque c'est le glacier qui finit par recevoir et charrier les roches issues de ces phénomènes.

Enfin les dynamiques de la glace des versants seront également étudiées. Les névés seront localisés et quantifiés. La distinction entre nouvelle glace de versant et ancienne glace du glacier sera établie. La base des versants connaît des variations spatiales, y compris à l'échelle annuelle, telles que l'évolution du niveau de la rimaye ou les variations de l'interface glacier/versant en fonction du retrait glaciaire. Là encore, les relevés effectués par laser terrestre permettront un suivi précis de ces zones de contact, et ce en différents points critiques du glacier : zone d'accumulation, zone d'ablation, pente faible, pente forte.

Last Updated: Wednesday, 19 November 2014 16:44

More Articles ...

  1. Projet CAMPAGRAPHE