Un jeu sérieux pour le projet de recherche Covadéo

 

Le projet de recherche COVADEO (collecte, visualisation et analyse de données viaires géo-historiques) a été initié avec la collecte de cartes anciennes de la région Bourgogne-Franche-Comté. Ces cartes ont pour point commun de permettre la lecture de réseaux de rues anciens. 440 cartes ont été collectées pour l’instant, parmi celles-ci 167 ont été géoréférencées. Elles proviennent de sources différentes (archives départementales, bibliothèques municipales, Bibliothèque Nationale de France – via Gallica).

Ces cartes ont été stockées dans une base de données géohistorique dont la structure a été réfléchie afin de permettre un stockage et un accès optimal aux données. Le projet COVADEO a pour but d’associer un jeu sérieux à cette base de données pour assurer la vectorisation collaborative des réseaux de rues présents sur les cartes anciennes. Ces données vectorisées permettront de mener par la suite des analyses quantitatives et qualitatives sur l’évolution de la structure du réseau.

Grâce au jeu sérieux, actuellement en phase de développement, chacun pourra contribuer en déterminant la présence, l’absence ou la modification nécessaire de chaque segment du réseau viaire actuel pour retracer celui de la carte ancienne.

Une version test, développée à partir du code de Building Inspector, NYPL Labs, a été mise en ligne afin de faire un premier essai, et de comprendre les enjeux d’un tel mode de production de données. La version finale du jeu est prévue pour l'été 2021.

Visualisation covadeo 

Accèder au jeu

Plus d'informations sur le projet

 

Contacts :

Claire Lagesse, responsable scientifique du projet : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Hanae El Gouj, doctorante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Émilie Mathis, étudiante M2 ADAUR

Christian Rincon Acosta, diplômé M2 ADAUR

 

Appel à candidature : post-doctorat de 18 mois

 

Dans le cadre du projet REAUMUR (Réponses Ecologiques Aux Morphologies Urbaines), les laboratoires ThéMA et Biogéosciences proposent un contrat post-doctoral de 18 mois (mai 2021–novembre 2022) à Besançon, ouvert à des docteur.es en géographie environnementale ou en écologie, expérimenté.es en modélisation spatiale.

Les candidatures doivent être adressées jusqu’au 30 octobre 2020 par mail (CV détaillé, publications réalisées, lettre de motivation) à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Descriptif détaillé  pdf 

 

 

François Sémécurbe soutient sa thèse : Analyse de la distribution spatiale des implantations humaines : Apports et limites d'indicateurs multi-échelles et trans-échelles

 

La soutenance se tiendra à Besançon le 25 septembre 2020 à 14h, salon Préclin, UFR SLHS.

 

Cette thèse a été réalisée sous la direction de Cécile Tannier, Directrice de Recherche CNRS, Université de Franche-Comté, laboratoire ThéMA.

 

Composition du jury

Elsa Arcaute - Associate professor, CASA, University College London - Rapportrice
Giovanni Fusco - Chargé de recherche CNRS HDR, laboratoire ESPACE, Nice - Rapporteur
Didier Josselin - Directeur de recherche CNRS, laboratoire ESPACE, Avignon - Président du jury
Julien Perret - Directeur de Recherche du Développement Durable - Examinateur externe
Pierre Frankhauser - Professeur émérite, Université de Franche-Comté, laboratoire ThéMA - Examinateur interne
Stéphane Roux - Maître de Conférence HDR, ENS de Lyon, laboratoire de Physique - Co-directeur de thèse

 

Résumé

En tant qu’être humain, il nous est aisé de juger visuellement du caractère dispersé ou concentré d’une distribution. Pour autant, la formalisation quantitative de nos impressions est problématique. Elle est tributaire des échelles d’analyse choisies. Cette dépendance des indicateurs aux échelles a changé de statut. Initialement considérée comme un frein à la connaissance, elle témoigne à présent de l’organisation multi-échelle des distributions étudiées. L’objectif central de cette thèse est d’approfondir les limites et l’apport des indicateurs multi-échelles et trans-échelles à l’étude des distributions spatiales des implantations humaines. L’analyse spatiale vise à comparer les distributions spatiales à une répartition uniforme. La manière dont on s’éloigne de cette référence est utilisée pour caractériser l’organisation multi-échelle des distributions analysées. L’application de ces méthodes aux implantations humaines n’a pas été satisfaisante. Le recours à une référence exogène n’est pas adapté à des distributions très inégalement concentrées dans l’espace. L’analyse fractale, fréquemment utilisée en géographie urbaine, considère que les distributions analysées sont leur propre étalon de mesure. Les dimensions fractales mesurent la façon dont l’espace occupé par celles-ci évolue à travers les échelles. Ce type d’analyse requiert une régularité entre les échelles, l’invariance d’échelle dont l’existence n’est pas vérifiée sur l’ensemble des territoires. L’analyse trans-échelle généralise les principes de l’analyse fractale à toutes les distributions et permet de caractériser l’inégale concentration des implantations humaines dans les territoires ruraux et urbains.

 

Strony internetowe