Badra Merrad Benyamina soutient sa thèse intitulée  « Déplacements et mutations spatiales à Alger » à Dijon

 

La soutenance se tiendra le lundi 1er juillet à 14h30 à la MSH de Dijon.

Cette thèse a été réalisée sous la direction de André Larceneux, professeur émérite à l’Université de Bourgogne, laboratoire ThéMA  et co-encadrée par Tahar Baouni, professeur à l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme (EPAU-Alger), laboratoire VUDD.

 

Composition du jury

Corinne Blanquart, Directrice de recherche à l'IFSTTAR, département Aménagement, Mobilité, Environnement (Rapporteur)

Marie-Hélene Massot, Professeure à l’université Paris-EST Créteil, LAB’Urba (Rapporteur)

Thomas Thévenin, Professeur à l’université de Bourgogne, Laboratoire ThéMA (Examinateur)

 

Résumé

Alger, ville et port doit son histoire exceptionnelle à son site remarquable sur un éperon rocheux. Mais, cette morphologie s’est révélée contraignante pour la croissance urbaine d’une ville qui prétend aujourd’hui rejoindre le rang de métropole. Au cours de son histoire, les relations entre le port et la ville ont pris de formes multiples souvent compatibles parfois opposées voire contradictoires, inversant les relations de domination. Alger, capitale d’un pays de 40 millions d’habitants a toujours été un laboratoire des politiques urbaines de la période coloniale aux différentes constructions institutionnelles de l’Algérie indépendante, en dépit d’un appareil statistique déficient.  Mais, l’espace algérois est aujourd’hui confronté à des défis de grande ampleur avec une croissance anarchique difficilement contrôlée de sa population, une fragmentation des espaces urbanisés et des contraintes de déplacements difficilement soutenables. 

Si des infrastructures routières et de transports collectifs sont programmés et progressivement réalisés par les Plans successifs, leur articulation avec les zones bâtis et les lotissements construits pour permettre l’éradication des bidonvilles n’apparait pas marquée par une très grande cohérence. De même la localisation des différents équipements collectifs, qui semble plus relever d’opportunités foncières, ajoute à la complexité du tissu urbain. Toutefois, sous cette apparente complexité, apparaissent des logiques urbaines profondes qu’il convient de mettre en évidence et de modéliser.

 alger


Mis à jour : mercredi 26 juin 2019 09:47
Strony internetowe