Un article paru dans NATURE Scientific reports : Huge decrease of frost frequency in the Mont-Blanc Massif under climate change

 

Benjamin Pohl, Daniel Joly, Julien Pergaud, Jean-François Buonchristiani, Paul Soare & Alexandre Berger, Nature Scientific reports volume 9, Article number : 4919 (2019)

https://www.nature.com/articles/s41598-019-41398-5#Abs1           

                

L’étude, coécrite avec 5 membres du laboratoire Biogéoscience de Dijon, a été conduite dans le cadre de l’ANR « VIP-Mont-Blanc » et concerne le réchauffement climatique et ses conséquences sur le massif du Mont Blanc. Elle se base sur les températures simulées par 13 modèles utilisés dans la définition des scénarios climatologiques du GIEC. Ces données à résolution spatiale grossière, un point tous les 100 à 200 km, sont en revanche extrêmement fines dans le temps : une valeur quotidienne de température minimale et maximale de l’année 1850 à 2100, en tout 55 000 jours ! L’algorithme développé par l’équipe de Bourgogne Franche-Comté vise à réduire l’imprécision spatiale de ces données par réduction d’échelle ou « downscaling ». Au final, après conjugaison des approches physiques et géographiques, on obtient des données climatiques à très haute résolution spatio-temporelle : 200 m sur tout le Massif du Mont-Blanc pour les 55 000 jours, chacune des 13 simulations et selon deux scénarios, l’un optimiste, l’autre pessimiste.

Jusqu’au milieu du XXème siècle, l’étude montre peu de différences entre les scénarios mais dans la seconde moitié tout explose. Selon le scenario le plus pessimiste, il faut s’attendre à un jour sur trois de dégel au sommet du Mont Blanc en été avec le risque de déstabilisation des parois rocheuses et d’écroulement que cela implique sur tout le massif. L’hiver n’est pas plus réjouissant avec guère de neige en fond de vallée. 

 

Mont Blanc JC

                               Massif du Mont-Blanc depuis le plateau du Brévent ; photo Jean-Christophe Foltête


Mis à jour : lundi 8 avril 2019 13:18
Joomla Extensions