Trois membres de ThéMA participent au numéro spécial de la revue internationale de géomatique sur la transition énergétique

 

De Sède-Marceau M.-H., Servigne S., 2017. Introduction. Revue Internationale de Géomatique, 27(1) : 7-9.

 

Mazaud L.-A., Suand C., Marquet S., De Sède-Marceau M.-H., Noucher M., Hainaut H., Bailly B., 2017. Planification territoriale durable. Revue Internationale de Géomatique, 27(1) : 11-36.

Résumé

Au niveau local, la compréhension et le traitement des enjeux environnementaux nécessite la mise en place d’approches de plus en plus transversales (pour la définition de stratégies, la mise en œuvre de projets, etc.). Cela doit se traduire par un décloisonnement des politiques publiques, via une gestion moins verticale et plus intégrée des différentes compétences de la collectivité. Dans ce contexte, on constate un besoin croissant de données de différentes natures, afin d’aider à la décision les pouvoirs publics et leurs parties prenantes, comme par exemple dans le cadre de projets de transformation urbaine. En parallèle, on assiste à un élargissement exponentiel des possibilités offertes par le numérique ainsi qu’à de nouvelles opportunités en matière de données mobilisables et de moyens de les traiter et de les valoriser via des outils pour la création de connaissance. Le présent article s’appuie sur l’analyse de l’environnement technologique et informationnel des données et des outils d’observation, d’analyse et de prospective territoriale, pour éclairer le paradoxe entre le besoin identifié d’appui à la décision publique et le faible développement de solutions adaptées pour y répondre de manière optimale. Articulée autour du cycle de vie des données, l’analyse des enjeux pour optimiser la valorisation des données territoriales et améliorer leur gouvernance apporte des pistes pour répondre à cette inadéquation.

 

Buhler T., Signoret P., 2017. Suivre les consommations énergétiques et les déplacements quotidiens sur le temps long. Revue Internationale de Géomatique, 27(1) : 113-142.

Résumé

Les différentes politiques visant une « transition énergétique » formulent de fortes attentes sur l’individu. Sa capacité à faire évoluer ses comportements quotidiens est considérée comme la clé de voûte du système transitionnel imaginé par une pluralité d’acteurs depuis plusieurs décennies. Pour autant, les méthodes « classiques » d’analyses des pratiques de mobilité quotidienne et de consommation énergétique ne permettent que difficilement un suivi dans le temps, pas plus qu’une identification des freins et leviers aux différents changements individuels attendus. Le projet TELEM présenté dans ce papier, repose sur le suivi semi-automatique d’un panel de volontaires sur les aires urbaines de Besançon et de Belfort-Montbéliard. Ce suivi s’opère grâce à une application native qui permet la reconnaissance des lieux, des modes et des motifs de déplacements, à un dispositif de relevés énergétiques et de réponses à des questions d’opinion. Nous dressons enfin les perspectives théoriques et thématiques rendues possibles par le projet.

 

RIG


Mis à jour : mardi 30 mai 2017 13:23